Le projet

« Angers pousse le son » est une série musicale née à l’initiative de la ville d’Angers dans le contexte sanitaire de la COVID-19, mais aussi pour répondre à l’envie de faire de la ville un lieu d’enregistrement. Nicolas Dufetel, adjoint à la Culture de la Ville d’Angers mais aussi chercheur en musicologie au CNRS, explique : « A Angers comme partout, l’impact du contexte sanitaire sur la vie culturelle est très fort. Il a fallu faire face à des annulations et nous avons dû rapidement modifier nos façons de faire. La nouvelle équipe municipale et les services ont pu être opérationnels dès le mois de mai pour prendre les problèmes à bras le corps et essayer de ‘réinventer’. L’objectif était d’offrir de la culture au public, mais aussi de soutenir les artistes. C’est pourquoi nous avons maintenu la fête de la musique sous la forme d’une diffusion numérique en direct de 9h30 (pour les professionnels rémunérés) et mis en place et un fonds de soutien. Un fonds d’urgence, créé pour produire des spectacles vivants dans le respect des critères sanitaires (plein air, jauges limitées …), a donné lieu à la programmation ‘Angers, cœur de l’été’. Le maire d’Angers Christophe Béchu avait décidé que la culture serait une priorité de son nouveau mandat. Il s’agissait donc de soutenir tout de suite les artistes et les techniciens en leur permettant tout simplement de faire leur métier ».

Une rencontre entre un artiste et un lieu patrimonial

L’idée de faire d’Angers une ville où on enregistre la musique existait avant la crise, mais cette dernière a accéléré le projet « Angers pousse le son » ; qui fait donc partie du même élan solidaire avec le monde de la musique : puisque les musiciens ne peuvent pas se produire, la Ville d’Angers les invite dans des lieux patrimoniaux, pour certains inaccessibles au public. Angers leur propose donc d’enregistrer des programmes de 45 mn ou des clips à la signature sonore et visuelle unique… C’est une rencontre entre un artiste et un lieu patrimonial offrant à l’interprétation du musicien une empreinte sonore. « Notre idée est de provoquer une rencontre entre des artistes, un lieu et la création. Dépasser les frontières esthétiques et poser la question : comment les vieilles pierres, les pierres oubliées, peuvent inspirer la musique et se réinventer dans leurs forme… ? A Angers, nous voulons faire vivre le patrimoine et la création. En art, le passé et l’avenir se conjuguent ensemble. Le patrimoine est vivant dès lors qu’on y porte un nouveau regard. L’idée est de le réinventer, le réactiver, car l’histoire s’écrit au présent » confie Nicolas Dufetel.

Ouvrir des portes

« Angers pousse le son » est littéralement une invitation à « pousser les portes » pour découvrir des lieux, écouter leur son. « Ouvrir des portes », au sens patrimonial mais aussi musical, est le fil rouge de cette collection. Autant de lieux secrets ou cachés, révélés ; autant de programmes éclectiques et décloisonnés à découvrir : la musique classique, baroque, lyrique et contemporaine côtoie les musiques du monde, le jazz et la pop.

« Nous espérons ainsi commencer une collection audiovisuelle et raconter une histoire avec les artistes ; pour que, peut-être, après la crise sanitaire, ils reviennent dans la ville, et rencontrent le public : car le numérique n’est pas une fin en soi, mais un moyen.

Une belle affiche : du 25 novembre au 10 décembre